Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

ANTHROPOSOPHIE

Nom complet :
Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 Société anthroposophique
 philosophico-spirituel

 1913
 Dieu, en-dehors de toutes les religions organisées
 plusieurs dizaines de milliers

Rudolf Steiner, homme de lettres et philosophe autrichien, fut le fondateur de l'anthroposophie, doctrine qui a suscité dans le passé un vif intérêt dans une bonne partie de l'Europe. Il naquit à Kraljevic le 27 février 1861 et mourut en Suisse, à Dornach, en 1925. Dans sa jeunesse, il fut le secrétaire de l'Association théosophique allemande qu'il quitta à la suite d'un différend l'opposant à sa présidente, Annie Besant. Après s'être intéressé aux cosmogonies antiques et aux ordres rosicruciens, il abandonna bien vite l'occultisme pour passer à la pédagogie et à une vision universelle de la vie. Steiner considère le christianisme comme un événement cosmique au-dessus des religions préchrétiennes et adopte une démarche scientifique dans l'approche humaine de la réalité suprasensible. « L'être humain, écrit Steiner, se compose de quatre corps. Le corps physique, animé par le corps céleste, visible uniquement aux extra-lucides qui l'appellent "aura" ; le "corps astral" qui peut en revanche sortir du corps physique dans des conditions déterminées ; et pour finir, au-dessus de tout, l'ego, le principe de l'individu. » Le travail sur ces corps permet de créer trois corps supérieurs : une conscience spirituelle, un corps spirituel, une âme extrême appelée atman et dont la nature est identique à celle de Dieu. La figure du gardien du seuil, le serpent dragon mytique attendant le disciple au seuil des niveaux supérieurs revêt une importance particulière dans la pensée steinérienne. Au terme du cheminement spirituel apparaît le grand gardien qui empêche l'initié de demeurer dans les régions supérieures du monde suprasensible tant qu'il n'a pas employé « toutes les forces de ce monde qui ont afflué vers lui à la libération et la rédemption de ce même monde ».
Les domaines du savoir embrassés par la pensée steinérienne sont multiples : médecine, pédagogie, astronomie, philosophie, agriculture, arts, étude des religions. Au fil du temps, l'association anthroposophique a créé écoles, hôpitaux, centres d'agriculture biodynamique, laboratoires de fabrication de médicaments homéopathiques et centres spirituels.
L'anthroposophie est surtout répandue dans les pays de langue allemande, mais elle a également obtenu un certain écho dans d'autres pays. Le département de médecine de l'Université libre des sciences de l'esprit en Suisse constitue le pivot du mouvement. L'activité éditoriale de la Société anthroposophique est intense (Rudolf Steiner a écrit pas moins de trois cents volumes) et jouit d'une bonne diffusion. Il est difficile d'évaluer le nombre de personnes entrées en contact avec l'anthroposophie. Il s'élève certainement à plusieurs dizaines de milliers.
Etant donné qu'il s'agit d'un mouvement ni fermé ni sectaire, il permet à chacun de professer sa propre religion et son propre credo politique.