Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

LA KABBALE

Nom :
Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 kabbale, cabale ou quabbalah
 mystico-ésotérique
 imprécise, probablement vers le VII-VIIIe siècle 
 Dieu (judaïsme)
 imprécis

La kabbale ou quabbalah désigne la doctrine mystique hébraïque ayant pris corps au XIIe siècle (même si ses origines sont encore plus lointaine). Ce corpus d'enseignements, issu du Judaïsme, de la philosophie arabe et néo-platonisme, a commencé par se développer en Espagne en deux courants distincts : l'un, théosophique, est représenté par le Zohar ou « Livre de la splendeur », l'autre, mystique, se propose d'aller au-delà des apparences de la nature. Ce n'est qu'au XIIe siècle que le Zohar fut rédigé par le rabbin Moïse de Leôn, mais certains imputent sa paternité à Siméon bar Yohai, savant de mystique hébraïque appartenant au cercle restreint des initiés qui aurait vécu au VIIIe siècle. Le mot « kabbale » vient de la racine hébraïque qbl qui signifie « recevoir ». Raymond Lulle, Jean Reuchlin, Henry Moore, Pic de la Mirandole entre autres se consacrèrent à l'étude cabalistique.
Le XIIe siècle conféra à la philosophie cabalistique des fondements plus précis sous l'impulsion des rabbins Isaac Nasir et Jacob ben Sheshet.
Elle se développa autour d'un chemin de base, l'Arbre de vie, qui contient une classification admirable des phénomènes de l'univers et de leurs relations réciproques. Il comprend dix étapes séphiroth et vingt-deux chemins qui en sont issus, tous émanations de Dieu et qui, une fois compris et assimilés, peuvent mener la condition humaine à des niveaux très élevés de connaissance. La kabbale est une discipline essentiellement ésotérique qui enseignait oralement de maître à disciple. Elle s'appuie sur la méditation et la magie. Il ne s'agit donc pas d'un mouvement religieux à proprement parler - même si de nombreuses confréries et groupes surgis au fil du temps se réclament de la mystique cabalistique -, mais uniquement d'un moyen (et certainement l'un des plus puissants et perfectionnés) d'arriver à la Connaissance. La kabbale n'est pas liée à une foie précise. Elle peut réunir des croyants de fois diverses. Les enseignements cabalistiques ont été dispensés au sein d'ordres ésotériques comme celui de la Golden Dawn, l'O.T.O. (Ordo Templis Orientis) de A. Crowley, etc. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, de nombreux chercheurs se sont consacrés à l'étude scientifique de la kabbale. Citons W. Wynn Westcott, S.L. McGregor Mathers, Arthur Edward Waithe.
Il est difficile de chercher à dénombrer les groupes et adeptes ayant choisi cette voie. Il existe en tout cas un grand nombre de sectes et de confréries qui, plus ou moins manifestement, s'inspire d'elle et l'ont adoptée comme moyen d'atteindre la perfection et la connaissance.