Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

LES ALBIGEOIS

Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 religieux
 XIe siècle
 Dieu (christianisme)
 imprécis

Les albigeois, habitants d'Albi comme leur nom l'indique, doivent cette dénomination au fait que leur ville fut le centre de l'hérésie cathare en Provence et dans les régions de la langue d'oïl. L'église chercha à combattre ces albigeois de doctrine cathare à renfort de prédications et de conciles. Ces derniers s'avérant inefficaces, le pape Innocent III lança alors une croisade (en 1209) que Simon de Montfort mena à la victoire.
A elle seule, la ville de Béziers compta quinze mille victimes dont des femmes et des enfants.
Les croisés portaient une tunique ornée d'une croix et les récompenses qu'on leur faisait miroiter étaient les mêmes que celles promises aux croisés partis en Terre sainte : rémission des péchés, dispense des pénitences, sans compter le produit des larcins gaspillés çà et là.
En 1229, le traité de Paris mit fin à cette guerre qui avait été menée du côté albigeois par Raymond VI, comte de Toulouse, puis par son fils Raymond VII. Il survint à un moment où les albigeois, ayant essuyé une défaite irrémédiable, se convertissaient au catholicisme ou, dans certains cas, émigraient.
A la fin du siècle dernier, des sectes néo-cathares et néo-albigeois virent le jour. En 1890, Jules Doinel créa à Carcassonne un groupe néo-cathare. A noter cependant que toutes les tentatives modernes de faire revivre l'ancienne hérésie se sont soldées par un échec.