Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

LES BAHA'IS

Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 religieux
 tout début du siècle
 Dieu - leur foi est oecuménique
 plusieurs millions dans le monde entier

Le terme de bahã'i vient de bab , « porte » en arabe, nom qui désigne leur prophète. Né à Shiraz, Mizra Ali Mohammed, dit  « Porte de la foi » se proclama, en 1844, XIIe Imam. Il s'entoura d'une vaste armée de fidèles et commença à prêcher la venue d'un nouveau prophète plus grand que Mahomet. Cela n'eut qu'un temps : en 1850 en effet, dans une localité du nord de la Perse, le bab fut publiquement martyrisé comme cela était déjà arrivé à vingt mille de ses fidèles.
Toutefois, son message fut recueilli par un Iranien appelé bahã'u'llah qui, prenant appui sur ses enseignements, fonda la religion bahã'i. Mais lui aussi fut l'object de violentes persécutions, il fut emprisonné dans la colonie pénitentiaire de Akkã, en Palestine où il mourut après avoir passé le relais à son fils, Abdu'l Bahã. Ce dernier, après une détention de quarante ans, se mit à voyager pour propager sa foi en Egypte, en Europe, aux Etats-Unis où il tint des conférences publiques jusqu'à sa mort, en 1921. Son petit-fils Shoghi Effendi prit la relève ; c'est à lui que les bahã'is doivent la réalisation d'un ordre administratif et la fondation de la Maison universelle de justice.
Ce mouvement religieux se propose de réaliser l'unité totale du genre humain et vise au développement spirituel de tous les hommes. Les bahã'is reconnaissent l'existence de trois mondes qui englobent la réalité universelle, réalité métaphysique comprise : le monde de la création, le monde du royaume, le monde de Dieu. Etant le monde de l'unité absolue, ce dernier est à jamais inaccessible à l'homme qui néanmoins peut évoluer au sein du monde de la création et accéder, après avoir reçu la connaissance, au monde du royaume qui constitue un stade de la réalité où les attributs essentiels de Dieu sont activés. Les démons et enfer sont absents de la philosophie bahã'ie ; le monde de l'Au-delà n'est qu'un grade de l'existence. La réincarnation n'existe pas non plus, il faut donc obtenir son salut sur cette terre et en cette vie qui est la seule. L'évolution de l'esprit est liée aux choix que l'individu accomplit au cours de son existence terrestre. Seuls les prophètes sont éternels. Les bahã'is rassemblent de par le monde au moins quatre millions de fidèles d'appartenance ethnique diverse. Ils possèdent des centaines de temples - celui de New-Delhi en forme de lotus se distingue par sa beauté - et cent soixante-quatre maisons d'édition spécialisées dans la diffusion de leurs revues. Les sièges de l'ordre sont basés à Genève et à New York. Les bahã'is ont en outre créé des écoles, des fondations, des instituts culturels et humanitaires. Tout en ne négligeant pas ses occupations familiales et professionnelles, chaque bahã'i travaille à la réalisation d'un projet de base communautaire : construire dans chaque ville un temple auquel sont annexées écoles et institutions d'assistance, repères concrets pour les nécessiteux.