Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

LES FLAGELLANTS

Nom complet :

Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 frères de la Croix, frères flagellants,
 porteurs de la Croix
 religieux
 XIIIe siècle
 Dieu (christianisme)
 imprécis

Dans la Rome antique, la flagellation était une épreuve d'initiation au culte de Faunus Lupercus et la lecture symbolique des Evangiles la présentait comme une condition à remplir pour approcher les mystères de la Croix liés à la mort et à la résurrection. Aux environs de l'an mille, la flagellation, toujours latente dans le monde chrétien, était connue dans les couvents et les monastères sous le terme de discipline. Les premiers groupes de flagellants avaient surgi en Italie et leur exemple fit école rapidement. En 1260, sous l'impulsion de Rainier, un moine parisien, la flagellation publique prit un essor considérable jusqu'à former un mouvement à proprement parler qui prit le nom de flagellants. Interdit en 1262 en raison de sa violence et de son fanatisme, le mouvement des flagellants se réfugia dans la clandestinité et de nombreuses sectes aux noms pittoresques continuèrent à sillonner les villages : frères de la Croix, frères flagellants, porteurs de la Croix. Au lendemain de la Grande Peste, il resurgit, plus vigoureux encore. De la Hongrie il s'étendit à toute l'Allemagne, puis gagna la Hollande, la Belgique, la France et l'Angleterre. Dans son histoire universelle des sectes et des sociétés secrètes, Jean-Charles Pichon écrit « qu'entre août et octobre 1348, ces bandes de martyrs volontaires composées de quarante-cinq membres chacune regroupaient plusieurs centaines d'adeptes. En octobre de la même année, cinq mille trois cents flagellants occupèrent Tournai et trois mille cinq cents autres s'arrêtèrent aux portes de la ville d'Erfurt ».
Les principes et les règles du mouvement des flagellants sont plutôt confuses. On sait seulement qu'elles découlaient de la terreur des puissances sataniques et de l'attente convulsive de l'avènement du Nouveau règne. Les flagellants refusaient la justice institutionnelle et pensaient que le salut s'obtenait par une mortification continuelle du corps et que la souffrance constituait un moyen efficace pour atteindre la contemplation de l'esprit. Les plus fanatiques furent les membres de la secte fondée par Konrad Schmidt ; ils pratiquaient le baptême du sang par le biais de la flagellation. En Thuringe, circulait une légende selon laquelle Schmidt et son disciple le plus fidèle incarnaient les deux témoins qui devaient venir annoncer le règne de Dieu. Schmidt fut exécuté en 1368. Les derniers groupes de flagellants disparurent au début du XIVe siècle, mais la flagellation survécut quelque temps encore à titre isolé. En 1414, cent flagellants et en 1454, plus de vingt-cinq furent exécutés.

Faunus Lupercus : Il s'agissait des fêtes de purification (lupercales), célébrées le 15 février dans la Rome antique à l'honneur du Dieu agricole Lupercus Faunus, faune assimilé par la suite au dieu grec classique Pan.