Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

LES HACHCHACHINS OU ASSASSINS

Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 politico-religieux
 vers le XIe siècle
 Allah (islamisme)
 imprécis

Parmi les sectes orientales les plus singulières que l'on connaisse, celle des Assassins, née en Perse comme ordre religieux aux environs du XIe siècle, occupe une place de tout premier ordre. Hassan Sabbah, le Vieux de la montagne - c'est ainsi que les croisés baptisèrent le Cheikh-el-Jebel -, est le fondateur de cet ordre sanguinaire qui sema la terreur sur toute l'Asie Mineure. Marco Polo fut un des premiers chroniqueurs en Europe à avoir révélé l'existence de cette secte dont il donna en 1273 une description romancée assez impressionnante. Le Vieux de la montagne était le fils d'un marchand de bois installé à Rel, ville actuellement située en Iran. Il fut initié à la « doctrine qui conduit au droit chemin » par un ancien de la « secte des Sept » (Sebayah) dont le siège se trouvait en Egypte. Après un stage intensif basé entre autres sur l'usage de drogues végétales, il vécut dans un jardin luxuriant irrigué de torrents de vin, de lait et de miel (analogie évidente avec le paradis Musulmans, disciples de Mahomet). Il faisait transporter au coeur de ce jardin des jeunes gens qu'il avait préalablement drogués et qui restaient là quelques jours, convaincus au vu de toutes les délices dont ils jouissaient d'être au paradis. Au bout de cette période, ils étaient à nouveau drogués puis ramenés à leur lieu d'origine et prêts dès lors à affronter même la mort pour pouvoir retourner au paradis. « Ils exécutaient tous les ordres qu'ils recevaient, écrit Marco Polo, et si le cheikh décrétait la mort de l'un d'entre eux, ce dernier ne songeait même pas à s'échapper. »
Le terme « assassin » vient presque sans aucun doute du mot arabe hachchachin, qui signifie « ceux qui prenne du hachisch », d'où l'on déduit que cette drogue était une des composantes des rituels de l'initiation. D'après une autre étymologie, ce mot dérivait de assas qui signifie « gardien » en arabe, auquel cas il désignerait les gardiens de la Terre Sainte. Hassan Sabbah mourut le 12 juin 1124 entouré d'une sinistre réputation et bien qu'aucun de ses disciples n'ait jamais atteint son envergure, la secte des Assassins survécut longtemps.
De même que les druses, les Assassins sont un courant des Ismaéliens, nom dérivé de Isma', fils de l'Imam Ja'far as-Sadiq (mort en 765). Les Ismaéliens qui avaient été formés à la loge du Caire prêchaient une doctrine de l'Islam non orthodoxe. Ils soutenaient que la loi et les textes sacrés musulmans contenaient un message chiffré et ésotérique connu de quelques imams seulement et que les prophètes étaient au nombre de sept : Jésus, Mahomet, Noé, Abraham, Moïse, Adam et Ismaël. Les prophètes occupaient le même rang que la raison universelle et venaient directement après Dieu, suivis de leurs compagnons : Ali, les sept imams, le grand maître et chef da'i, les da'is, et pour finir l'homme, en dernière position. Les Ismaéliens prétendaient qu'il était possible, en suivant leur doctrine, de parvenir au niveau de la raison universelle.
Hassan quant à lui, voulait se servir du pouvoir temporel pour arriver au pouvoir spirituel et c'est dans cette optique qu'il dressa ses disciples à devenir de véritables assassins. Les enseignements, dispensés en niveaux cloisonnés, tenaient du lavage de cerveau. L'enseignement de chaque niveau reniait celui du stade précédent de telle sorte qu'il en ressortait qu'on ne pouvait reconnaître le bien du mal qu'en prêtant obéissance à l'imam. Certains spécialistes pensent qu'il s'agissait, plutôt que d'une secte spirituelle, d'une sorte de mafia constituée à des fins politiques. Lorsque les croisés arrivèrent en Terre sainte, ils furent à plus d'une occasion en contact avec les Assassins, contact qui déboucha même sur de violents affrontements auxquels les Templiers prirent part, semble t'il, allant jusqu'à conclure une alliance avec les envahisseurs venus de l'Asie centrale. En 1298, le grand maître de l'ordre des Templiers, Jacques de Molay, organisa une expédition en Terre sainte qui remporta un succès éclatant mais éphémère et il reprit Jérusalem en s'alliant aux troupes du grand Khan tartare.
Les Assassins avaient fini par être célèbres dans toute l'Europe mais, au lendemain de l'invasion mongole, leur puissance déclina peu à peu.