Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

LES HELIAQUES

Nom complet :
Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 Eglise du Carmel
 mystico-religieux
 en 1840 environ
 Dieu (christianisme)
 imprécis

 Pierre-Eugène Vintras, fils illégitime d'une domestique, né en France en 1807, fut le fondateur de cette Eglise du Carmel, secte héliaque qui, en son temps, acquit une certaine renomée. Après une enfance passée en orphelinat, Vintras trouva un emploi dans une petite papeterie de Tilly-sur-Seulles où il reçut, par un après-midi de 1839, une étrange visite : un vieillard couvert de haillons surgit à l'improviste dans son bureau et Vintras le reconnut comme étant l'archange Michel ! Suite à cette vision, il annonça donc la venue du Paraclet, l'Esprit saint, et fonda l'oeuvre de la miséricorde qui postulait la résurrection du roi - en l'occurence Louis XVII - comme archétype divin. Par la suite apparurent à Vintras la Vierge Marie et Joseph qui lui annoncèrent qu'il pouvait se considérer comme la réincarnation du prophète Elie et qu'il avait pour devoir de prêcher l'avènement de l'ère de l'Esprit saint. Suite à cela fut fondée l'Eglise Carmel, connue encore sous le nom de groupe héliaque qui rassemblait un certain nombre de disciples et sympathisants.
Vintras prêchait l'accession au trône de Charles Naundorf (soi-disant réincarnation de Louis XVII), la doctrine de la persistance des âmes et de la rédemption universelle. La secte établit ses quartiers à Tilly, ville où était célébré un sacrifice en l'honneur de Marie et qui était le théâtre de visions et événements miraculeux. En 1848, le mouvement fut formellement condamné par l'Eglise catholique et Vintras fut arrêté et condamné à sept ans de prison en terme d'une procès-farce.
L'Eglise du Carmel continua à prospérer quelques années encore et se propagea en Italie, en Espagne, en Belgique et en Grande-Bretagne. Vintras mourut le 7 décembre 1875. Joseph-Antoine Boullan, ex-prêtre excommunié et condamné pour escroquerie et hérésie, lui succéda. Son autoproclamation comme pontife suprême et réicarnation de Jean-Baptiste provoqua une scission parmi les fidèles. Il ne fait quasiment aucun doute que Boullan s'adonnait à une sorte de magie sexuelle, allant même jusqu'à célébrer des messes noires qui s'étaient soldées une fois par un sacrifice humain. Des documents retrouvés attestent que Boullan et ses adeptes se livraient à des rapports sexuels auxquels ils attribuaient la signification d'un accouplement mystique avec les anges, chérubins et séraphins. Boullan affirmait que puisque le péché d'Adam et d'Eve avait été de nature sexuelle et que « la chute avait été provoquée par un acte d'amour coupable », c'était « à travers des actes d'amour accomplis dans un esprit religieux » que pouvait survenir « la rédemption de l'humanité ». Selon lui, l'union avec des anges et autres créatures célestes fournissait à l'homme la possibilité de gravir plus rapidement le chemin évolutif menant à Dieu. Boullan mourut le 3 janvier 1893 dans des circonstances mystérieuses. On rapporte que c'est à la suite d'une guerre de magie livrée entre les membres de l'Eglise du Carmel et un autre groupe occulte : l'ordre cabalistique de la Rose-Croix dirigé par Stanislas de Guaita. Parmi les groupes héliaques mineurs actifs à cette époque, citons les fareinistes d'Elie Bonjour, un commerçant de laine parisien, les assomptionnistes de l'abbé Emmanuel d'Alson de Nîmes, les rébeccaïtes du pays de Galles, vêtus de blanc et dirigés par une femme au prénom biblique de Rébecca, ainsi que la société anglaise des Old Fellows qui pénétra plus tard sur le sol américain.

secte héliaque : On entend par étoile héliaque une étoile qui se lève et se couche en même temps que le soleil.
Louis XVII : Louis XVII ne monta jamais sur le trône ; fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette, il mourut en prison lors de la Révolution. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, de nombreux imposteurs prétendirent être Louis XVII échappé de la mort.