Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

LES HEZYCHASTES

Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 religieux
 vers la moitié du XIVe siècle
 Dieu
 imprécis

La doctrine hézychaste fut dévéloppée au Moyen-Orient par quelques moines chrétiens. Le terme « hézychasme » vient du grec hezychazein et signifie tranquillité et silence. Il désigne essentiellement la concentration dans la prière qui ressemble fortement à l'extase de la mystique chrétienne ou au samadhi du yoga. Parmi les hézichastes, citons Siméon, Théophile de Philadelphie et saint Grégoire Palamos, futur évêque de Salonique. Les hézichastes combattaient le luxe et l'enrichissement matériel de l'Eglise orthodoxe, repoussaient le savoir gnostique et l'amour actif et attendaient de recevoir l'Esprit saint d'un état inactif de méditation et de prière tel que l'enseignaient en Orient la philosophie zen et le bouddhisme. Ils pouvaient rester des jours et des jours assis, dans un état de parfaite contemplation chrétienne, à méditer en silence dans des positions qui ne sont pas à sans rappeler les postures du yoga. La doctrine hézichaste dérive très probablement de la mystique néo-platonicienne et des doctrines de l'abbé Simon de Xerocercos qui soutenait qu'il fallait, pour communiquer avec Dieu, se servir, non pas seulement de la raison mais du coeur car Dieu en reconnaissait les émanations, les oeuvres et les vertus. La grande prière hézychaste inlassablement répétée comme un mantra était : « Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi ! » ou tout simplement « Jésus ! ». Une autre technique pratiquée est connue sous le nom d'omphaloscopie : les moines priaient en contemplant leur nombril, afin de faire descendre l'Esprit saint dans le temple du corps humain.
L'hézychasme survécut assez tardivement ; il semblerait qu'il soit pratiqué encore à l'heure actuelle dans les monastères du mont Athos en Grèce.

samadhi : Dernière étape du yoga classique consistant à avoir atteint un état de superconscience.
mantra : Formule liturgique et « nom de puissance » dans le yoga tantrique. Il s'agit du « nom » d'un être ou d'une chose renfermée dans une incantation magique qui, répétée incessamment, réveille la superconscience.