Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

LES ILLUMINES DE BAVIERE

Nom complet :
Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 Illuminés ou ordre des Illuminés de Bavière
 politico-ésotérique
 1776
 l'homme, qui est Dieu
 imprécis

La société des Illuminés de Bavière - forme particulière de l'illuminisme, originaire, comme son nom l'indique, de Bavière - fut créée en 1776 par Adam Weishaupt. Cette secte, également dénommée ordre des Illuminés, fut fondée alors que Weishaupt enseignait le droit canon à Ingolstadt. Né en 1748 et éduqué par les jésuites, Weishaupt, doté d'une grande intelligence et d'une grande finesse, développa bien vite des sentiments de révolte contre l'ordre établi conjugués à un anticléricalisme qui frôlait le fanatisme. cette contradiction était encore aggravée par le fait qu'enseignant en droit canonique, il devait feindre une obédience et un zèle religieux maximum. Profondément fasciné par les rituels mystérieux de la maçonnerie et des sectes secrètes, il décida de donner jour à une société initiatique destinée à apporter un renouveau total dans la société et le monde. A cette fin, il lui fallait s'infiltrer dans la maçonnerie pour en miner les bases. En compagnie de son ami, le baron Adolf von Knigge, passionné de mystères antiques et d'occultisme, il rédigea un programme général et commença à recruter des adeptes. Knigge, déjà maçon, avait mené une vie très mouvementée et parcouru le monde, ce qui ne l'empêchait pas d'être un catholique convaincu. Les idées anticléricales de Weishaupt ne tardèrent pas à provoquer rapidement de profondes divergences entre eux. Quoi qu'il en soit, l'ordre des Illuminés connut un succès pour le moins extraordinaire. L'organisation - secrète et parfaite hiérarchiquement parlant - ne cessait de recruter de nouveaux membres qui restaient tenus dans l'ignorance des fins de la société. Parmi les nombreux adeptes , figuraient le duc Ernest II de Saxe, le duc Ferdinand de Brunswick, le baron Dalberg, Johann Wolfgang von Goethe (qui adopta le nom initiatique de Abaris), l'alchimiste Johannes Eckartshausen. Et tandis que la secte des Illuminés se propageait dans l'Allemagne entière, Weishaupt continuait tranquillement à dispenser son enseignement à l'université en se faisant passer pour un dévot de premier ordre !
La structure de la secte des Illuminés se composait de cellules ou sous-groupes. Les membres de grade inférieur obéissaient à ceux du grade supérieur qui, à leur tour, devaient se soumettre la pyramide. Les grades, au nombre de treize, étaient subdivisés en quatre sections : préparatoire, novice, minerval, illuminatus minor (pépinière) ; apprenti, compagnon et maître  (maçonnerie, maçonnerie symbolique) ; illuminatus dirigens (maçonnerie écossaise) ; prêtre, régent ou prince illuminé, mage ou homme-roi (mystères). Au bout de quatre grade de préparation, l'illuminatus minor ignorait toujours que l'obédience absolue visait à désagréger l'homme qu'il était afin de le rendre apte à recevoir le nouvel enseignement. Ce n'est qu'une fois illuminatus dirigens, au terme des différents grades, qu'il découvrait le sens profond des trois ordres de recherche : sagesse, liberté et vertu. Les enseignements portaient sur le cosmopolitisme, le panthéisme matérialiste (Dieu et le monde ne font qu'un). Tout en possédant une série de rituels inspirés des mystères antiques, la société des Illuminés était essentiellement politique. Certains vont jusqu'à dire qu'elle a jeté les fondements de l'anarchisme et du communisme. « Les école philosophiques secrètes servent à faire mûrir les révolutions dans l'esprit humain et à combattre l'esclavage. Elles ont été de tout temps les gardiens de la nature et des droits de l'homme. C'est grâce à elles que le genre humain sera un jour réhabilité ; princes et nations disparaîtront et la terre ne sera plus peuplée que d'hommes doués de raison qui n'auront pour seul livre de loi et pour unique code que la raison. » Telle était la profession de foi de Weishaupt.
Weishaupt voyait en Jésus l'homme supérieur, le prototype de l'illuminé : « Nous pensons que Jésus n'a pas fondé de religion nouvelle, il n'a fait que rétablir la religion naturelle. »
Naturellement, ce programme, bien que secret, finit un jour par être découvert, tout à fait fortuitement d'ailleurs (la foudre s'abattit sur un vieux prêtre qui portait des documents compromettants, ceux-ci furent récupérés par les autorités) et condamné par l'Eglise. Cela se déroulait en 1785. Weishaupt réussit par miracle à prendre la fuite et fut condamné à mort par contumace. Réfugié à Ratisbonne puis à Gotha où il bénéficia de la protection du Duc, il vécut encore quarante-cinq ans, sans jamais plus s'occuper de politique, et mourut le 18 novembre 1830.