Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

LES KHLYSTIS

Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :


Nombre d'adeptes :

 politico-religieux (Eglise chrétienne orthodoxe)
 incertaine
 un être supérieur avec qui il est possible de com-
 muniquer directement au moyen de pratiques
 magiques et chamaniques
 imprécis

La secte des khlystis - terme signifiant fouetteurs - était répandue au début du siècle dans certaines régions de la taïga sibérienne et il n'est pas exclu qu'elle continue à opérer à l'heure actuelle, spécialement dans les régions marécageuses où la civilisation moderne n'a pénétré que marginalement. Les khystis observaient un rituel païen et christianisant empreint de gnosticisme et ils étaient convaincus que la descente de l'Esprit saint changeait l'homme en Dieu et la femme en Vierge Marie. Ils avaient coutume de se rassembler dans la nuit du samedi dans une maison du village et là, ils entonnaient un chant d'invocation de l'Esprit saint après avoir allumé douze bougies. Ils se disposaient ensuite en deux cercles : le premier, formé des hommes, tournait dans le sens des aiguilles d'une montre à l'intérieur du deuxième, composé des femmes et tournant en sens inverse. Au cours de la danse qui devenait de plus en plus frénétique, les sectateurs se fustigeaient mutuellement jusqu'à ce que, parvenus au paroxysme de l'excitation, les cercles se scindent et que l'un des disciples entre en transe. A ce stade, les lumières s'éteignaient et commençait une orgie collective. Aux premières lueurs de l'aube, une femme nue, qui représentait la fécondité de la Vierge Marie, distribuée à l'assemblée des grains de raisin sec en guise de communion. C'est Grigori lefimovitch Novykh dit Raspoutine, bien connu à la cour du tsar Nicolas II, qui a décrit ce rituel. Raspoutine, thaumaturge et mage craint et respecté, était membre de la secte de khlystis et fit beaucoup parler de lui à la cour. Il fut assassiné le 30 décembre 1916 au cours d'une conspiration dirigée par le prince loussoupov.
Le rôle que les khlystis jouèrent dans la révolution russe n'est pas encore clarifié. De tendance anarchisante, la secte se donnait des allures chrétiennes afin de maintenir de bons rapports avec l'Eglise orthodoxe. Le monastère de Werchoturje - lieu de redressement pour les prêtres qui avaient enfreint l'orthodoxie religieuse - abritait un des centres les plus actifs de la secte.
Parmi les groupes qui s'inspirent d'une façon ou d'une autre des khlystis, mentionnons les dukhobors (« Buveurs de lait »), actifs en Russie méridionale, les  « Sauteurs » qui cherchaient à faire revivre la danse du roi David devant l'Arche d'alliance en se livrant à des crises hystériques provoquées par des danses extatiques, les skoptsis ou « Blanche colombes » qui s'émasculaient afin de ne pas céder à la tentation de la chair, et totalisaient environ soixante cinq mille fidèles à la fin du XIXe siècle ; et pour finir les « Frères de la mort » qui mettaient fin à une vie entachée de péché en pratiquant le suicide rituel et collectif.