Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

LES NEO-TEMPLIERS

Nom complet :


Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 divers ordre se réclament de l'ordre des templiers :
 le Supremus militaris templi hierosolymitani ordo peut
 être considéré comme le plus important d'entre eux 
 ésotérico-religieux
 ces groupes ont surgi dès le XVIIIe siècle
 Dieu (christianisme)
 plusieurs milliers

Même après la disparition de l'ordre des chevaliers du Temple suite à la condamnation au bûcher de son grand maître Jacques de Molay et de ses malheureux compagnons, l'ordre du Temple avec ses connotations mystiques et chevaleresques n'a jamais cessé de faire office de «symbole culturel» propre à fasciner les amateurs d'ésotérisme et d'occultisme. C'est ainsi qu'ont surgi divers groupes et petites sociétés s'inspirant, plus ou moins directement, des templiers.

Stricte Observance Templière
Le premier renouveau a eu lieu en Allemagne vers la seconde moitié du XVIIIe siècle. Karl Gotthelf Vonhun d'Altengrotkau, baron de l'Empire, seigneur de Leipzig et de Cologne, crée l'ordre de la Stricte Observance Templière, véritable annexe de la franc-maçonnerie de l'époque. Dans un laboratoire secret aménagé dans une sombre caverne située aux environs de Naumberg, il se livre à des expériences alchimiques. En quelques années, il organise un système rituel, élabore la légende de la filiation directe de son ordre avec celui des templiers du Moyen-âge, arguant que les survivants se seraient réfugiés en Ecosse sous de faux noms et qu'ils auraient rejoint par la suite le mouvement franc-maçon. L'ordre s'enracina outre-Rhin, en France, en Suisse et en Italie, mais finit par se perdre en mille et un méandres. Selon toute probabilité, il fut par la suite absorbé par les courants maçonniques.

Ordre du Temple Moderne
Le 18 mars 1801, se déroula en l'église Saint-Paul et Saint-Louis de Paris une imposante manifestation en l'honneur de Jacques de Molay. La messe fut célébrée par l'abbé Pierre Romain et le grand maître Bernard Raymond de Fabié-Prélaprat qui prétendait faire revivre une branche des templiers dirigée par Jean-Marc Larmenius. Ce dernier considérait qu'il était, à travers son mouvement, le continuateur de l'Eglise johannique primitive. Nombreux historiens ne voient en Fabié-Prélaprat qu'un charlatan, auteur d'une mystification colossale. Son ordre connut néanmoins un grand succès. Il était à la tête de nombreuses loges dans diverses villes d'Europe et même en Amérique. Il semblerait, aux dire de son grand maître actuel, M. Boity, qu'il se porte toujours bien.

Ordre du Nouveau Temple
Il s'agit d'un ordre templier créé à l'initiative d'adolf Joseph Lanz qui fut en rapport avec Adolf Hitler. Né à Vienne en 1874, Lanz avait été novice au sein de l'abbaye de l'Heiligen Kreuz, dans la forêt viennoise, non loin de Mayerling. En 1890, après avoir quitté l'abbaye et s'être enrichi brusquement, il fonda l'ordre du Nouveau Temple. En 1905, il publia sa Thézoologie ou Connaissance des singes de Sodome et de l'électron de Dieu, une oeuvre à consonance raciste, et fonda successivement la revue Ostera (nom de la déesse germanique de la lumière). L'influence du Nouveau Temple sur la pensée hitlérienne ne fait pas de doute, pas plus que ses liens avec certains mouvements Rose-Croix, la Golden Dawn, l'ordre du Vril, la Loge lumineuse et la Société Thulé, fortement antisémites. Les « nouveaux templiers » étaient extrêmement sélectifs : pour être admis à l'initiation, les postulants devaient se soumettre à un examen médical. Lanz mourut octogénaire, en 1954, sans laisser de traces marquantes.

Supremus Militaris Templi Hierosolymitani Ordo
Selon un autre groupe de néo-templiers, Jacques de Molay aurait réussi, avant de périr sur le bûcher, à remettre la carte de la transmission des pouvoirs à Jean Moreus de Larmény, grand précepteur de Marseille. Ce document, conservé depuis 1871 aux Archives nationales de Paris, garantirait la continuité de l'ordre. C'est en tout cas ce qu'affirme un groupe néo-templier dirigé par le grand maître Rocco Zingaro. De même, l'association culturelle internationale « Les Templiers », actuellement dirigée par Madame Maria Lo Mastro serait partie intégrante de cet ordre.