Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

O.T.O

Nom complet :
Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :

Nombre d'adeptes :

 Ordo templis orientis
 magico-ésotérique
 1895 ou 1902
 un dieu impersonnel (à travers la magie sexuelle,
 l'ésotérisme et l'alchimie spirituelle)
 quelques centaines

L'Ordo templis orientis, « ordre du Temple d'Orient », fut créé en 1902 (en 1895 selon une autre version) par Karl Kellner, Franz Hartmann et Theodor Reuss. Le premier était un Viennois qui avait beaucoup voyagé en Orient et aurait été initié aux techniques tantriques sous la conduite de deux yogis indiens, Bhima Sen Pratap et Sri Mahatma Agamya Guru Paramahansa. Hartmann, allemand d'origine, était membre de la Société théosophique de madame Blavatsky. Reuss, lui, était un dignitaire d'une des branches les plus occultes de la franc-maçonnerie britannique et travaillait pour les services secrets allemands.
L'O.T.O. comprenait neuf grades, le dernier étant entièrement voué à des pratiques de magie hétérosexuelle. Venait ensuite un dixième grade qui n'était toutefois qu'un simple titre honorifique attribué aux chefs des sections nationales de l'ordre. Par la suite, Crowley institua un onzième grade d'initiation aux pratiques de magie homosexuelle. Mais contrairement à ce qu'on pourrait penser, les enseignements ne portaient pas tous sur le sexe. Selon ses adeptes, l'O.T.O. détient la connaissance secrète des moyens de se libérer de l'esclavage de l'instinct. De nombreuses pratiques remontent directement au tantrisme hindou et au bouddhisme tantrique. Reuss, qui aurait été initié par un Arabe du nom de Soliman Ben Aifa, était convaincu que les secrets de son ordre étaient directement issus des Templiers et de leurs contacts avec les Arabe (secte des Assassins) et qu'ils avaient pour objet Baphomet, l'idole androgyne vénérée par l'ordre des chevaliers du Temple.
L'O.T.O. donnait une interprétation sexuelle du symbolisme maçonnique ; les enseignements dispensés dans le secret le plus absolu reposaient en grande partie sur les mystères profond du sexe. En 1911, Theodor Reuss fit connaissance du fameux mage anglais Aleister Crowley qu'il invita à faire partie de son organisation. Et en 1912, Crowley obtint l'autorisation de fonder une branche anglaise de l'O.T.O. baptisée Mysteria mystica maxima.
Sous la houlette de Crowley, la société connut une période de recrutement intense et nombreux furent ceux qui accoururent gonfler les rangs de l'ordre, lequel ouvrit même une section en Amérique. En 1914, C.S. Jones avait déjà fondé des branches de l'ordre à Vancouver, Los Angeles et probablement à Washington. En 1921, Reuss succéda à Crowley. Entre-temps, avaient été créées la loge autrichienne, Mysteria mystica aeterna, de Rudolf Steiner, et une loge suisse, Mysteria mystica veritas. Cette dernière est toujours active et possède à Stein une abbaye abritant une imprimerie, un laboratoire alchimique préparant des médicaments spagiriques, un hôtel et une fabrique de couleurs. Dans cet édifice dénommé Thelema sont célébrés les rituels d'une église gnostique au préoccupations exclusivement sexuelles. C'est souvent qu'on peut lire dans les journaux de Zurich les annonces de ces cultes ouverts à tous.
A Crowley succédèrent Karl Germer, puis le suisse Metzger, toujours grand maître de l'O.T.O. à l'heure actuelle. La loge californienne dirigée dans les années soixante par Georgina Brayton eut un parcours beaucoup plus agité. Ce mouvement recourait à la drogue et à la pression psychologique pour insuffler à ses membres des sentiments de haine. Une des activités principales de ses adeptes consistait à essayer d'envoyer par télépathie des ondes de haine dans le ghetto noir de Watts, avec l'objectif d'y faire éclater des révoltes raciales. En outre, de nombreuses accusations circonstanciées font état de sacrifices d'animaux importants. A noter que H. Lewis Spencer, fondateur de l'ordre rosicrucien A.M.O.R.C. fut quelques années durant à la tête d'une loge de l'O.T.O. américain, l'Ordo rosae crucis. Autre détail curieux : c'est dans la loge californienne Agape, dirigée avec succès jusqu'à la fin des années cinquante par Jacques Parsons (qui mourut à la suite d'une explosion dans son laboratoire de chimie) qu'un personnage répondant au nom de R. Hubbard, plus tard fondateur de la Dianétique ou Eglise de scientologie, fit ses débuts dans l'occultisme.
Il est difficile d'évaluer le nombre d'adeptes de l'O.T.O. actuel. Quoique très répandue en Europe et aux Etats-Unis, elle agit avec beaucoup de discrétion.