Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

SIKHISME

Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :
Nombre d'adeptes :

 militaro-religieux
 premières années du XVIe siècle
 un dieu suprême, Shiva (hindouisme)
 environ sept milions à l'heure actuelle

La secte des sikhs fut très répandue en Inde où elle continue à former aujourd'hui encore une communauté assez active. Au XVe siècle, sectes et confréries innombrables prospéraient un peu partout : vishnouisme, tantrisme, kabirpanthisme, brahmanisme et sikhisme connaissent gloire et renommée. La réforme avait été inspirée par Dara Shikuh et continuée ensuite par les sikhs du Panjâb jusqu'en 1830 environ. Ce renouveau se base sur la beauté des formes, l'amour charnel de la femme et le respect de la vie en général. Au plan religieux, le dieu Shiva présente une caractéristique unique : c'est un dieu de la biberté multiforme. Il est doté de cinq qualités : création, conservation, destruction, incarnation et libération.
C'est Nanak-Dev (1496-1538) disciple de kabir qui fonda la secte des sikhs dans l'intention de concilier hindouisme et islamisme. Les neuf successeurs de Nanak se baptisèrent gourous et rédigèrent le Guru Granth (le« Livre ») où son codifiées les doctrines de la confrérie. Les enseignements portent sur le panthéisme de la philosophie védantique et sur le bhakti yoga, une mystique de dévotion hindoue. L'admission à la secte - qui possédait un double aspect religieux et guérrier - survenait après une initiation spéciale : le néophyte passait du grade de sihk, ou disciple, à celui de singh : lion. Avec le gourou Gobindh Rai Singh, la confrérie adopta une allure nettement militaire pour devenir une véritable armée organisée. Aux cinq M mantriques vinrent s'opposer les cinq k : kush, pantalons courts ; kangha, peigne d'acier ; kara, bracelet de métal ; kirpan, épée ; kesh, cheveux flottants.
Barbe, cheveux longs et pantalons courts leur arrivant à peine en dessous du genou : tels étaient les signes distinctifs des membres de cette secte. Leur hiérarchie comprenait trois classes : les akalis ou héros, les normalins ou savants, les udasins ou apôtres. Ces derniers prêchaient la jeûne, la chasteté et la pauvreté. Les akalis au contraire prônaient la libération individuelle et étaient, en effet, des chefs très habiles et des guerriers de tout premier ordre.
Sous la conduite de Gobindh, les sikhs formèrent rapidement un Etat dans l'Etat et à la chute de l'Empire mongol, ils conquirent le Panjâb, le Peshawar et le Kashmir. Par la suite, ils s'opposèrent avec acharnement à l'envahisseur britannique et ne furent vaincus qu'au terme de deux guerres cruelles. Aujourd'hui la communauté sikh compte environ sept millions d'adeptes, pratiquement tous regroupés dans le Panjâb.