Religion Monde
                                                                                                                                                                                                            Sectes & Religions

 

ZEN

Genre :
Période de fondation :
Qui adorent-ils ? :

Nombre d'adeptes :

 religieux et dévot
 XIIe siècle
 l'objectif est de parvenir à la béatitude et
 à la connaissance de soi (bouddhisme)
 environ douze millions de par le monde

Le terme « zen » vient de ch'an, nom chinois d'une secte religieuse japonaise issue du bouddhisme mahayanique ayant essaimé dans l'archipel nippon à partir du XIIe siècle. L'école zen est issue du bouddhisme enseigné par le moine Bodhidharma ou Ta-mo. Ce dernier affirmait que le salut se trouve dans la force de la méditation, méditation permettant de parvenir à l'état d'illumination suprême qui conduit à la connaissance.
A partir du XVIIe siècle, les diverses écoles zen commencèrent à prospérer et à tisser un véritable réseau dans tout le pays. A citer notamment celles du kung-an et du za-zen ou encore zen assis. La première, la plus ancienne, remontait à la période des origines et consistait en une série de questions et de réponses entre le maître et l'élève. Par la suite, le koan serait devenu une méthode de l'école rinzai. La seconde, la za-zen, structurée autour du recueillement et du silence intérieur, était l'oeuvre de l'école shoto conçue par le mystique Dogen à la fin du XIIIe siècle.
Avec le patriarche Hui Neng le (VIe), le zen adopta sa forme actuelle. Il prêchait que la vérité siège dans le coeur et que la réponse aux questions se trouve là où elles prennent naissance. D'où la nécessité de rétablir un contact direct avec la pureté du coeur et de l'esprit, sans intermédiaires, sans livres ni enseignements, ni même de concepts religieux tels que Dieu, péché, punition ou salut. L'école zen enseigne en premier lieu que la nature de Bouddha se trouve à l'intérieur de chaque individu et qu'elle n'a besoin, pour se réveiller, ni de rites ni cérémonies, mais seulement de la transmission de maître à disciple.
Le zen exerça une influence véritablement énorme au Japon car il fournissait à la caste guerrière et élitaire des idéaux de sincérité et de moralité. Ses enseignements ont obtenu également un écho favorable parmi les pratiquants de judo. Le chano-yu, véritable cérémonie pour servir le thé, peut être lui aussi considéré comme un type particulier de zen. La peinture, le jardinage et l'art en général ont pareillement subi l'influence des enseignements et des techniques zen qui imprègnent le société japonaise.
La communauté zen est totalement privée de hiérarchie : elle n'est composée que de moines enseignant et pratiquant le zen, qui accueillent étudiants et novices dans des monastères et des gymnases. Il n'est d'autres livres que les textes sacrés du bouddhisme. A l'heure actuelle, les adeptes zen au Japon sont environ dix millions, mais nous verrons par la suite que la philosophie zen a fait également des prosélytes dans le monde occidental.

école rinzai : Secte zen instituée en 1168 dont les enseignements reposaient sur des méthodes destinées à vaincre la peur de la mort.